Aller au contenu principal

Assurance vie 2020 : Comment fonctionne les contrats d'assurance vie ?

Que recouvre ce terme ? Quel revenu tirer de cet investissement et pourquoi est-il apprécié des épargnants ? Explications pratiques.

Vous connaissez mal les différentes possibilités de placement mais vous avez déjà entendu le terme assurance-vie sans trop savoir comment cela fonctionne.

 

  1. PRINCIPE DE L'ASSURANCE VIE
  2. A QUI S'ADRESSE L'ASSURANCE VIE ?
  3. A QUOI SERT UNE ASSURANCE VIE ?
  4. SE PRÉPARER AVANT DE SOUSCRIRE UNE ASSURANCE VIE
  5. COMMENT SOUSCRIRE ?
  6. LES MODES DE GESTION
  7. COMMENT PLACER DE L'ARGENT SUR LE CONTRAT D'ASSURANCE VIE ?
  8. QUE RAPPORTE UNE ASSURANCE VIE
  9. LA FIN DU CONTRAT
  10. EN CAS DE DÉCÈS

 

Assurance vie 2020 : Comment fonctionne les contrats d'assurance vie ?

 

L’assurance-vie est un produit d’épargne par lequel l’assureur ou la banque s’engage à vous verser à la fin du contrat en plus de votre capital d’origine, les intérêts produits par votre versement. C’est un des placements préférés des Français, qui y trouvent un moyen de faire fructifier leurs actifs tout en limitant les risques.

 

C'est aussi un placement rentable pour les établissements financiers qui tirent des revenus conséquents provenant des différents frais : de gestion, d'arbitrage, de versement.

 

Lire aussi : Comment fonctionnent les SICAV ?

 

 

Principe de l'assurance-vie

L’assurance-vie fait partie des placements préférés des Français, c'est un produit d’épargne par lequel un assureur ou une banque s’engage à vous verser à la fin d'un contrat, en plus de votre capital d’origine, les intérêts produits par votre versement.

 

Le principe de fonctionnement est simple : il s'agit d'un produit d’épargne par lequel l’assureur ou la banque s’engage à vous verser à la fin du contrat les intérêts produits par votre versement, en plus de votre capital d’origine.

 

Il s'agit d'un placement limité dans le temps. Au terme de celui-ci, un ou plusieurs bénéficiaires, désignés par le souscripteur, perçoivent le montant dû par l’assureur. Nous verrons que plusieurs cas de figure peuvent être définis.

 

Il est le premier contrat d’épargne en France.

 

Le marché de l'assurance-vie est partagé entre 3 grands acteurs historiques :

  • les banques traditionnelles
  • les banques en ligne
  • les assureurs

Bloc assurance vie cta

 

 

À qui s’adresse l'assurance-vie ?

L’assurance-vie est un placement financier soumis à des règles différentes pour les mineurs, les personnes majeures et les personnes de plus de 70 ans.

 

Elle peut s’adresser à tous les foyers, quels que soient leurs profils, catégories socioprofessionnelles ou capacités d’épargne. Cependant, des réglementations différentes s’appliquent selon l’âge du ou des bénéficiaires.

 

Pour les personnes mineures

La souscription à un contrat d’assurance-vie implique d’être majeur. Néanmoins, un mineur peut disposer d’un contrat souscrit en son nom. Les parents ou grands-parents peuvent en effet conclure une assurance-vie pour leurs enfants ou petits-enfants.

 

Le contrat d’assurance-vie permet de planifier le versement du capital sous forme d’une rente périodique. De cette manière, vos enfants ne pourront pas gaspiller tout le capital en une seule fois, mais suivant un intervalle de versements que vous aurez établi au préalable. Cela peut se faire sous la forme de rentes annuelles ou mensuelles.

 

Lire aussi : L'assurance-vie pour préparer sa succession

 

Pour les personnes majeures

Les caractéristiques fiscales et réglementaires de l'assurance-vie en font un produit financier présenté comme généraliste et accessible.

 

Elle s'adresse au grand public à la recherche d'un produit de sécurité pour anticiper les événements de la vie :

  • protéger son foyer,
  • compléter sa retraite,
  • constituer une épargne sur le long-terme,
  • etc..

À cette fin, plusieurs contrats peuvent être souscrits.

 

À noter : votre capital n'est pas bloqué mais les avantages fiscaux sont nettement plus limités en cas de résiliation de votre contrat avant huit ans.

 

 

Pour les personnes de plus de 70 ans

Au-delà de 70 ans, la souscription à une assurance-vie est fiscalement moins avantageuse pour vous.

 

Pour plus de détails : voir article sur les modalités de taxation de l'assurance-vie.

 

S'agissant des droits de succession qui s'appliqueront à vos héritiers : après un abattement de 30 500€, les sommes versées après vos 70 ans sont soumises aux droits de succession classiques, aux taux en vigueur et selon le lien de parenté.

 

En revanche, les intérêts produits par les sommes versées après vos 70 ans sont exonérés de droits de succession.

 

 

À quoi sert une assurance-vie ?

Elle n’est pas une assurance à proprement parler. C’est un produit d’épargne, vous allez donc récupérer l’argent investi avec en plus des intérêts à la fin du contrat. Elle se distingue en cela d’un contrat de prévoyance.

 

Elle peut poursuivre des objectifs divers :

 

Il existe deux types de contrats d'assurance-vie :

  • L’assurance-vie en euros

    Ce type de contrat en euros est un placement sécurisé. Le support offre une garantie du capital. C’est-à-dire que l’assureur s’engage à reverser le capital plus les bénéfices au terme du contrat. Il n’y a pas de risque de perdre de l’argent. Les intérêts sont versés sur le contrat le 31 décembre de chaque année. Ils sont définitivement acquis, à un taux minimum garanti et ne peuvent être repris.

  • L’assurance-vie en unités de compte

    En unités de compte au contraire, elle n’offre pas de garantie de capital ni de taux minimum de bénéfices. Le contrat permet d’investir dans des actifs divers : actions, obligations ou immobilier. Il promet un rendement supérieur, en contrepartie du risque sur le capital.

 

 

Se préparer avant de souscrire une assurance-vie

Comme tout type de contrat, l’assurance-vie s’effectue entre un souscripteur et un établissement financier (une banque ou une entreprise d’assurance).
La signature d’un tel contrat ne se fait pas à la légère, vous devez vous poser les bonnes questions avant de passer à l’acte.

 

Les objectifs de votre contrat d’assurance-vie

  • Souhaitez-vous faire fructifier un capital ?
  • Préparer le transfert de votre patrimoines ?
  • Êtes-vous en quête d’un produit d’épargne à rendement élevé ?

 

Une fois vos objectifs bien définis, vous pouvez alors évaluer les risques que vous prenez et déterminer le mode de gestion qui vous correspond le mieux.

 

Au regard de ces objectifs, votre conseiller financier vous proposera probablement plusieurs sortes de contrats d’assurance-vie :

  • Contrat mono-support en euros
  • Contrat multi-support
  • Contrat vie-génération

 

Les versements sur votre contrat

Votre contrat d’assurance-vie doit définir les modalités de versement de votre capital.

Plusieurs options existent :

  • Le versement unique

    Ce versement consiste à déposer un capital en une seule fois au moment de votre souscription.

  • Les versements libres

    Vous êtes libre de choisir le montant et les modalités de versement en fonction de vos besoins.

  • Les versements périodiques

    Les versements périodiques vous offrent moins de liberté quant aux dates de versement.
    Vous devez suivre un calendrier (mensuel, trimestriel ou annuel) qui fera fructifier votre capital tout au long du contrat.

 

Les acteurs d'une assurance-vie

Selon le type de contrat (assurance en cas de décès ou en cas de vie), plusieurs protagonistes sont concernés dans l’établissement d’une assurance-vie.

  • L’établissement financier ou l’assureur qui s’engage à vous verser les prestations - capital et plus-value au terme du contrat.
  • Le souscripteur du contrat, qui est la personne qui fournit le capital à l’établissement financier pendant la durée du contrat et selon des modalités définies. En cas d’assurance-vie, le souscripteur est également le bénéficiaire du contrat.
  • Le ou les bénéficiaires autres que vous dans le cadre d’une assurance en cas de décès qui percevront les prestations lorsque le risque se produit, c’est-à- dire au décès du souscripteur.

À savoir : Au moment de la signature du contrat, la présence du bénéficiaire n’est pas obligatoire.

 

Retirer son placement

Contrairement à ce que vous pourriez penser, l’argent que vous déposez sur votre assurance-vie n’est pas bloqué par l’assureur.

Vous pouvez le récupérer à tout moment. Il existe différentes modalités.

 

Les options de retrait

Aujourd’hui, la plupart des assureurs proposent plusieurs possibilités de retrait d’argent sur une assurance-vie.

  • Le Rachat total, (à la fermeture du contrat)
  • Le Retrait partiel, (idéal par exemple pour un complément de revenu défiscalisé)
  • Obtenir une avance, (pratique en cas d’un besoin ponctuel de trésorerie, par exemple)

Lire aussi : Les avantages et inconvénients de l'assurance vie ?

 

 

Comment souscrire ?

Contrairement à d’autres supports d’investissement, il n’a pas de durée légale. C’est vous, souscripteur, qui définissez, lors de la signature, l’étendue souhaitée. Au terme de celle-ci, vous ou un autre bénéficiaire désigné, perçoit un capital ou une rente. Il s'agit d'une assurance en cas de vie.

 

Dans le contrat pour l’assurance décès, le capital ou la rente est versé au bénéficiaire de votre choix, si vous veniez à décéder avant le terme du contrat. Il peut être souscrit pour une durée temporaire (temporaire décès)ou pour votre vie entière.

 

Lors de la souscription, il vous est demandé de choisir un ou plusieurs bénéficiaires si vous veniez à décéder avant la fin du contrat.

  • Désignez plusieurs bénéficiaires. Si celui que vous avez choisi venait à décéder, les sommes investies dans l’assurance intégreraient la succession. Elles ne bénéficient donc plus d'avantages fiscaux qui la caractérisent.
  • Ne nommez pas votre conjoint par son nom mais plutôt par l’expression « mon conjoint ». En cas de divorce ou de séparation, c’est le conjoint à la date du décès qui perçoit et non celui désigné lors de la signature.
  • Il n’est pas nécessaire d’informer le bénéficiaire. Par contre, il est recommandé de déposer un acte chez le notaire. Aussi, celui-ci ne sera prévenu de son avantage qu’au moment du décès du souscripteur.

 

Pour avoir le droit de souscription, vous devez :

  • Avoir la capacité juridique de souscrire un contrat (être majeur, ne pas être sous tutelle, etc.)
  • Satisfaire les conditions demandées par l’assureur, notamment sur votre âge
  • Remplir, de manière honnête et exhaustive, un questionnaire médical
  • Vous engagez à payer les primes mentionnées dans le contrat

 

Notez qu’il est tout à fait possible de souscrire un contrat à plusieurs (avec des membres de votre famille par exemple), via un contrat conjoint.

Peu connu encore à ce jour, il est autorisé par certains organismes d'assurance mais pas tous.

 

Un contrat conjoint peut en revanche être souscrit qu'à la seule condition que le couple soit marié. Si l'un des deux conjoints venait à décéder, le second récupèrerait l'intégralité des sommes investies, en bénéficiant des intérêts.

 

Lorsque le deuxième conjoint vient à décéder à son tour, les bénéficiaires récupèrent les sommes placées et bénéficient d'une fiscalité classique identique à celle d'une assurance-vie

 

À la souscription, il sera aussi nécessaire d’indiquer le mode de prise en charge que vous souhaitez pour votre contrat.

 

La question d'un possible transfert d'un contrat assurance-vie est en cours de négociation. Cela facilite la possibilité pour le souscripteur de passer de son organisme actuel à un organisme concurrent.

 

 

Les modes de gestion

Selon le temps que vous pouvez consacrer au suivi de votre placement, vos connaissances du marché financier et votre goût pour le risque, vous pouvez choisir entre différents modes de gestion :

  • Gestion libre : vous conduisez en totale autonomie votre contrat. Vous choisissez seuls des fonds dans lesquels vous souhaitez investir.
  • Gestion profilée : vous déléguez les choix liés à votre épargne à un expert financier, mais en définissant au préalable un profil de risque – prudent, mesuré ou équilibré.
  • Gestion pilotée : vous confiez l’arbitrage entre les supports à un professionnel des marchés financiers. C’est lui qui définit la stratégie de votre épargne.
  • Gestion à l’horizon : la composition des placements évolue avec le temps. Plus audacieuse dans ses débuts, elle devient prudente à l’approche de la retraite.
 

 

Comment placer de l’argent sur le contrat assurance-vie ?

Il existe 3 méthodes :

  1. Un versement initial, le premier effectué lors de la signature du contrat
  2. Des versements complémentaires libres, que vous réalisez quand vous le souhaitez afin de conserver votre niveau de vie
  3. Des versements complémentaires programmés, que vous définissez, en terme de montant et de fréquence, le jour de la signature. Ils peuvent être mensuels, trimestriels, semestriels ou annuels et sont effectués sous forme de prélèvements automatiques. Vous restez libre d’interrompre ou de modifier à tout moment les modalités de ces virements dans le cas où votre situation ne le permet plus.
 

 

Que rapporte une assurance-vie ?

Cette souscription a pour objet d’allouer un capital et des plus-values périodiques en échange d’un capital versé au préalable.

 

Il existe différents types de contrats :

  • Le contrat mono-support (fonds en euros) : c’est un placement qui vise une rémunération minimum de 2,5 % à 3,5 % en moyenne hors frais du capital tout en restant un placement de sécurité. Le capital est garanti par l’assureur et la rémunération est en dessous de la moyenne des autres contrats.
  • Le contrat multisupports : il permet un large choix de supports (espèces, actions, immobilier…), certains proposant même des systèmes de gestion automatiques qui permettent à l’assuré de protéger ou d’optimiser son placement en fonction de ses besoins.

 

Souple, rémunérateur et souvent plébiscité, ce produit bénéficie en plus d’une fiscalité allégée. Les plus-values réalisées au-delà de 8 ans sont soumises à un régime fiscal favorable. Ainsi, en cas de décès, le capital est transmis aux bénéficiaires avec des allègements voire des exonérations de droits successoraux, dans le cas d’un conjoint survivant ou partenaire de PACS.

 

"Attention : toutefois aux frais de gestion qui, mis bout à bout, peuvent peser dans vos résultats."

 

 

La fin du contrat

Elle est avant tout un outil d’épargne qui sert à faire fructifier votre placement de votre vivant.

  • Si vous êtes vivant à la fin du contrat, vous récupérez votre capital ainsi que ses « fruits », c’est-à-dire, ses intérêts. Tant que vous restez en vie, vous créez un capital suivant un régime fiscal dégressif. Que vous souhaitiez acquérir un bien ou préparer votre retraite, l’assurance-vie vous verse un capital au terme du contrat.
  • En cas de décès avant la fin du contrat, celui-ci est transmis aux personnes de votre choix ou « bénéficiaires » (vos enfants, votre concubin, par exemple) que vous aurez désignés lors de la souscription ou ultérieurement.
 

 

En cas de décès

L’assurance décès est un autre contrat qui s’apparente davantage à un produit d’assurance classique. Il vous permet d’assurer et de protéger vos proches lors de votre décès qui recevront votre capital avec un cadre fiscal dérogatoire. Ainsi, les droits de succession sous soumis à une taxation spécifique.

 

Dans la plupart des cas, les bénéficiaires sont exempts de taxe ou d'impôt sur le montant perçu après le décès.

Le contrat d'assurance décès ne se destine pas uniquement aux séniors mais également aux plus jeunes.

D'ailleurs, plus la souscription est anticipée, moins les cotisations sont élevées et plus le capital versé aux bénéficiaires sera important.

 

À l'inverse, plus la souscription se fait tardivement, plus le risque de décès est élevé et par conséquent, plus les cotisations augmentent.

C'est pour cette raison que la souscription à une assurance décès au plus tôt peut être une réelle opportunité.

 

Bien qu'elle en est indignée plus d'un il n'y a pas si longtemps, elle demeure aujourd'hui une réelle opportunité d'assurer ses arrières afin de pouvoir anticiper le financement de ses obsèques qui peuvent atteindre aisément 4000 € pour des funérailles "classiques".

 

De plus, cela évitera à vos descendants d'avoir à débloquer une somme importante.

 

 

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :