Aller au contenu principal
Comment savoir si un bien immobilier est négociable ?

Comment savoir si un bien immobilier est négociable ?

Ca y est, vous faites le grand saut. La maison ou l’appartement dont vous rêviez, celui qui correspond exactement à vos attentes, est là, disponible et presque à portée de main. Presque. Son prix est trop élevé pour vos finances. Alors, pouvez-vous espérer de l’actuel propriétaire une baisse du prix de vente ?

 

Le bien est sur le marché depuis longtemps

 

Longtemps, en matière de vente immobilière, cela veut dire plus de trois mois. Si tel est le cas, cela cache généralement un prix trop élevé par rapport aux qualités du bien.

 

Le vendeur commence sans doute à se lasser d’attendre, et vous pourriez vraisemblablement négocier une ristourne. Mais n’exagérez pas pour autant : il est conseillé de proposer une baisse de 10 %, pas plus. Sinon vous risqueriez de faire fuir le vendeur.

 

Une comparaison avec les autres biens s’impose

 

Prenez le temps de faire une petite étude. Pour des biens similaires, c’est-à-dire ayant une surface et un agencement du même type (nombre de chambres, de salles de bain, présence d’un garage, d’un jardin, proximité de la mer…), soudain un bien est notablement plus cher.

 

A contrario, les services de proximité (écoles, transports en commun, commerces…) sont présents à peu près dans les mêmes proportions, le prix de vente est plus élevé.

 

Il est pourtant de la même époque, et du même niveau d’entretien, que d’autres biens immobiliers, moins chers. C’est qu’il est surcoté. Il ne se vendra pas dans des délais raisonnables. Ici aussi, le prix de vente semble négociable.

 

Vous avez vos chances pour obtenir une baisse du prix, surtout si vous prenez le soin d’imprimer les annonces de biens similaires à la vente et de les montrer au vendeur… Si vous n’êtes pas trop directif, vous l’amènerez à être plus raisonnable.

 

Le bien en vente n’est pas parfait

 

Dans cette situation également, il est probable que le vendeur du bien considéré consente une décote. Pointez vous-même les faiblesses du bien en lisant très attentivement l’annonce.

 

L’appartement est en hauteur et ne dispose pas d’ascenseur ? Il est au rez-de-chaussée et fait craindre des cambriolages ? Vous pouvez même vous rendre sur place et observer : un appartement mal orienté ou avec un espace court vis-à-vis d’autres immeubles sera peu lumineux.

 

Autre possibilité, la maison convoitée est loin de tout et il est nécessaire de prendre sa voiture pour le moindre achat. La liste est longue des défauts potentiels d’un bien et c’est à vous d’en faire votre profit pour négocier, subtilement.

 

Il ne s’agit toujours pas de vexer le propriétaire, mais de l’amener à penser qu’il demande un prix trop élevé, pour ce bien qui vous plaît tant.

 

Une coûteuse rénovation s’impose

 

Parfois, des travaux seront nécessaires après l’achat. Il peut s’agir de peintures et de tapisseries murales hors d’âge, d’une cuisine peu fonctionnelle. Ce peut être aussi la nécessité d’un ravalement de façade, la réparation d’un toit affaissé…

 

Chiffrez les travaux. Vous pourriez bien négocier, selon l’ampleur des rénovations à prévoir, une baisse de 15 à 20% du prix d’achat demandé.

 

La performance énergétique est défaillante

 

Dernière arme à votre disposition, et non des moindres, il faut étudier la performance énergétique du logement convoité. Pour pouvoir être vendu, le bien a obligatoirement subi un « diagnostic de performance énergétique ».

 

Les logements estampillés F ou G sont les mauvais élèves de la classe : tous les espoirs sont permis pour en faire baisser le prix. Un bien mal noté induit des factures de chauffage et d’eau plus élevées. Cela le rend beaucoup moins attractif.

 

Argumentez dans ce sens, le vendeur se rendra à des arguments aussi précis.

 

Alors, même si les prix affichés vous semblent, de prime abord, prohibitifs, gardez espoir ! En y regardant de plus près, il est courant qu’un bien puisse voir son prix baisser. Il faut pour cela que l’acheteur se montre perspicace et ose demander une ristourne. L’enjeu en vaut très certainement la chandelle.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :