Aller au contenu principal
L’administration fiscale démarre les tests du prélèvement à la source sur les bulletins de salaires

L’administration fiscale démarre les tests du prélèvement à la source sur les bulletins de salaires

Le prélèvement à la source entrera en vigueur dès janvier 2019. Certaines entreprises ont donc décidé de réaliser des tests dès ce mois d’octobre. Quelques fiches de paie vont donc faire mention du taux communiqué par l’administration fiscale.

 

Il s’agirait d’une manière d’anticiper le changement qui se profile à l’horizon.

 

Une simulation favorable aux salariés et entreprises

 

Si vous constatez que votre fiche de paie du mois d’octobre est différente des précédentes, cela signifie probablement que votre employeur a décidé de participer au test. Rassurez-vous, le montant spécifié à titre d’impôt prélevé à la source est fictif.

 

Le salaire net qui figure sur la fiche de paie correspond à celui que vous percevrez effectivement à compter du mois de janvier.

 

Du côté des entreprises, cette phase test est la meilleure option pour se familiariser avec le logiciel et accompagner leurs salariés dans la transition vers le prélèvement à la source.

 

C’est aussi un moyen efficace pour tester les fonctions des échanges de données entre les différentes entités concernées.

 

Cela concerne aussi bien la Direction générale des Finances publiques que les entreprises et les collectivités, sans oublier les cabinets d’experts comptables et les caisses de retraites.

 

On parle ainsi d’une anticipation pédagogique. En effet, la simulation du prélèvement à la source permet de mieux comprendre le fonctionnement de ce nouveau dispositif. Ni les entreprises ni les salariés ne seront ainsi face à l’inconnu lorsque la réforme sera appliquée.

 

Ceux qui n’ont pas encore pris leurs dispositions pour la phase test du mois d’octobre ont la possibilité de réaliser leurs simulations à partir de la fin de l'année.

 

Une modification de la police imposée

 

Le prélèvement à la source est appréhendé par de nombreux salariés puisque la mesure est perçue comme une baisse salariale. Il faut néanmoins comprendre que l’initiative ne vient aucunement des employeurs mais de l’Etat.

 

La ligne “net à payer avant impôt sur le revenu” fera donc l’objet d’un grossissement de 1,5 fois par rapport aux autres lignes, afin d’en optimiser la lisibilité. Le Gouvernement y voit une manière d’atténuer la frustration mais aussi l’éventuel mécontentement éprouvé à la réception de la fiche de paie.

 

A titre de rappel, la réforme n’a pas pour objectif de réduire le salaire net perçu mais de simplifier les procédures fiscales en épargnant au salarié de devoir payer lui-même ses cotisations.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :