Aller au contenu principal
Les cryptomonnaies et leur place dans votre patrimoine

Les cryptomonnaies et leur place dans votre patrimoine

L’année 2018 marque la révolution fiscale promise par le président de la République Emmanuel Macron mais pas seulement : en effet, l’essor des cryptomonnaies telles que le Bitcoin a fait prendre au secteur de la gestion du patrimoine un véritable virage.

 

La cryptomonnaie Aujourd’hui

Pendant plusieurs mois, médias et investisseurs ne cessaient de parler du Bitcoin, monnaie virtuelle crée en 2009 par Satoshi Nakamoto et qui, ayant flirté avec les 20 000 € fin 2017, a vu son cours s’effondrer jusqu’à atteindre environ 7000€.

 

Suite à ces variations importantes, les groupes d’investisseurs ainsi que les grandes instances financières ont été contraintes de reconnaître que les cryptomonnaies avaient de la valeur et que ces dernières jouaient un rôle important dans l’économie.

 

Mais qu’en est-il des cryptomonnaies aujourd’hui ? La monnaie virtuelle reste-t-elle toujours un bon investissement et est-il intéressant de le prendre en compte dans la gestion de son patrimoine ?

 

Bitcoin, Ripple, Token ou encore Ethereum, ce qu’il faut savoir avant d’investir

Définition : une cryptomonnaie est une monnaie virtuelle qui est stockée dans un porte-monnaie électronique sécurisé, tout comme un compte en ligne.

 

Principe : disposer d’une cryptomonnaie a pour intérêt de réaliser des opérations financières sans avoir à passer par une devise traditionnelle.

 

Alors que des pays comme le Japon ou les Etats-Unis ont reconnu officiellement la cryptomonnaie comme valeur d’échange, il n’en est rien pour la France.

 

Toutefois, le succès des différentes monnaies virtuelles est tel que la demande d’intégration dans la gestion d’actifs de la part des épargnants ainsi que des fonds de placement est de plus en plus forte.

 

Autre élément important à savoir, les cryptomonnaies sont généralement très volatiles et présentent donc un risque important si l’on investit beaucoup et que sa valeur chute mais à l’inverse, si celle-ci est au plus haut, les gains peuvent être conséquents.

 

Notre conseil

Si vous souhaitez avoir une idée de l’écosystème de la monnaie virtuelle sans prendre beaucoup de risques, vous pouvez investir, dans un premier temps, une petite somme et potentiellement revoir votre budget en fonction des fluctuations.

 

Qu’en est-il concernant la part à adopter dans la gestion d’actifs ?

L’investissement dans les monnaies cryptées doit rester toutefois minime car, au-delà de sa volatilité et de la sécurité appliquée, le risque de piratage n’est jamais nul.

 

Toutefois, malgré des montants dérobés importants, la blockchain, système sur lequel se basent les protocoles, n’a jusqu’alors jamais permis leurs piratages.

 

Aujourd’hui le SEC (Securities and Exchange Commission), organisme fédéral américain de la réglementation et du contrôle des marchés financier, reconnaît le Token comme une action et le soumet donc aux règles appliquées par le marché.

 

D’ici quelques années, l’Europe sera également impactée par ces changements, notamment en raison du fort intérêt présents chez les épargnants mais aussi chez les start-ups spécialisées en monnaie virtuelle.

 

Cryptomonnaie et fiscalité : comment cela fonctionne ?

La fiscalité appliquée sur les plus-values réalisées sur les cryptomonnaies a été assouplie le 26 avril dernier, sous la décision du Conseil d’Etat.

 

Par ailleurs, les plus-values ne dépendent plus du régime des BNC (Bénéfices Non-commerciaux), mais à celui des biens meubles.

 

En quelques chiffres

Initialement le taux pouvait atteindre les 45% en fonction de la tranche d’imposition, sans oublier d’ajouter les prélèvements sociaux (15,5% en 2017 puis 17,2% en 2018).

 

Aujourd’hui, ces plus-values seront taxées à hauteur unique : 19%.

Autre chose à savoir sur le régime de biens meubles : un abattement d’une durée de 3 ans est proposé.

 

Après un délai de 22 ans de détention, est acquise une exonération des plus-values au titre de l’impôt sur le revenu à hauteur de 5%.

 

De même, une exonération totale d’impôt peut être appliquée dans le cas où la valeur de revente n’excède pas 5000€.

 

Bien évidemment, le fisc reste particulièrement vigilant sur le sujet en rendant impossible le cumul de plusieurs « petites » transactions sans que soit revue la qualification de l’activité autour de la cryptomonnaie ainsi que le régime appliqué (retour au régime des Bien Industriels et Commerciaux, bien moins avantageux).

 

Ainsi, pour une activité principale autour de la cryptomonnaie, le régime appliqué sera celui des BIC.

 

En revanche, pour les débutants et petits investisseurs ayant gagné des montants non négligeables grâce à leurs opérations financières, la question de la fiscalité et de son statut doit être posée.

 

Convertir de la monnaie virtuelle en monnaie réelle : c’est possible ?

L’opération de conversion de la monnaie virtuelle est très simple à réaliser.

 

Toutefois il est important de prendre en compte la question de la fiscalité avant d’investir.

 

Si votre patrimoine est peu conséquent, il est préférable d’écarter la question de l’investissement dans la cryptomonnaie afin d’éviter les dommages collatéraux pouvant affecter vos biens non virtuels.

 

Vous pouvez toutefois faire appel à un conseiller financier spécialisé qui pourra vous aiguiller dans vos démarches.

 

Pour les patrimoines conséquents et variés incluant par exemple un plan épargne logement, des fonds communs de placement et/ou une assurance-vie, l’investissement est envisageable mais en ayant conscience des risques énoncés précédemment.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :