Aller au contenu principal

Comment réduire ses impôts ?

Quelles sont les meilleures pistes pour réduire vos impôts cette année ? Nous avons exploré plusieurs possibilités de défiscalisation. Les détails.

Il existe tout un tas de mécanismes, astuces et autres procédés plus ou moins élaborés pour réduire ses impôts.

En fait, il s’agit d’œuvrer sur deux axes de façon parallèle :

  • réduire le montant de l’impôt proprement dit
  • réduire le montant des revenus soumis à l’impôt

Dans cet article, vous verrez quelles sont les pistes d’optimisation fiscale à envisager, en fonction de vos moyens.

 

  1. REDUIRE LE MONTANT DE L'IMPOT
  2. REDUIRE LE MONTANT DES REVENUS IMPOSABLES

 

Comment réduire ses impôts ?
 

 

Réduire le montant de l’impôt

La réduction d’impôt permet, de manière temporaire ou permanente, de payer moins d’impôt. On parle aussi de processus de défiscalisation. Attention, la réduction d’impôt ne doit pas être confondue avec le crédit d’impôt, qui garantit une restitution de la part du fisc, dans le cadre de travaux de rénovation énergétique, par exemple.

 

Les diminutions d’impôts les plus courants sont :

  • Dons à des associations d'aide aux personnes en difficulté : faire une donation à un organisme caritatif est un des moyens les plus populaire de réduire ses impôts. La réduction fiscale est égale à 75 % de la somme versée avec un plafond maximal de 398€ par foyer fiscal.
  •  

  • Dons à des organismes d'intérêt général : une donation à une ONG permet aussi de réduire ses impôts, à hauteur de 66% des sommes données. Les cotisations des membres et adhérents sont éligibles à la réduction d'impôt, de même que les frais engagés dans le cadre d’un travail bénévole.
  •  

  • Frais de scolarité des enfants à charge : tout enfant de moins de 25 ans rattaché au foyer fiscal de ses parents et qui poursuit ses études, fait bénéficier ses parents d’une réduction d’impôt de 61 € (Collège), 153 euros (Lycée) ou 183 € (Études supérieures).
  •  

  • Emploi d'un salarié à domicile : le recours aux services à la personne (nounou, ménage, jardinage à domicile) donne droit à une réduction d’impôts à hauteur de 50% des dépenses, plafonnées selon la composition du foyer fiscal (nombre de personnes à charge, invalidité, etc.)
  •  

  • Frais de maison de retraite pour personnes dépendantes : 25% des dépenses sont prises en compte dans la réduction d’impôt, dans la limite de 10.000€ par an.
  •  

  • Autres frais permettant de bénéficier d’une baisse : don ou cotisation à un parti politique, don au candidat d’une élection, primes de contrat d'épargne handicap ou de rente survie et versement d'une prestation compensatoire.

 

Ces différentes méthodes sont renouvelables chaque année. Il existe également d’autres mesures qui agissent à moyen ou à long terme sur vos réductions d’impôts.

 

Citons par exemple :

  • La loi Pinel : elle concerne l’investissement locatif d’un logement neuf. Pendant une durée comprise entre 6 et 12 ans, le propriétaire bénéficie de 12 à 21% de réduction d’impôt.
  •  

  • La loi Censi-Bouvard : elle est réservée aux investissements dans des logements destinés à la location meublée non professionnelle (LMNP), comme des résidences de services pour personnes âgées ou des résidences pour étudiants, par exemple. Selon l’année d’investissement, on peut bénéficier de 11 à 25% de baisse d’impôt.
  •  

  • La loi Malraux : c’est une diminution d’impôt sur le revenu de 22% à 30% au titre des dépenses de travaux de restauration d'un immeuble situé dans certains secteurs fixés par la loi (patrimoine remarquable, ancien quartier dégradé, etc.) et destiné à la location pendant au moins 9 ans.
  •  

  • Investissement au capital de PME : il est de 18% de réduction pour tous les contribuables depuis 2017, permettant d’économiser jusqu’à 9.000€ par an par personne, en cas d’un investissement direct.
  •  

  • Autres investissements : résidence de tourisme en zone rurale, conservation/restauration d'objets classés monuments historiques, protection du patrimoine naturel, investissement forestier, souscription de parts de Sofica et souscription au capital d'une entreprise de presse.
 

 

Réduire le montant des revenus imposables

Pour payer moins d’impôt, il est possible aussi d’organiser ses revenus afin qu’ils soient moins imposables. On parle généralement de déductions fiscales.

 

Par exemple, différer ses revenus consiste à étalonner le paiement de l’impôt et à anticiper des revenus complémentaires futurs, via un système d’épargne. En entreprise, les moyens les plus fréquemment employés sont le PEE (Plan Epargne Entreprise) ou le PERCO (Plan d'épargne pour la retraite collectif). À titre personnel, le PERP (Plan d'épargne retraite populaire) est ouvert à tous les contribuables. Ces produits remplissent tous un double objectif : défiscaliser ses revenus et se constituer une épargne-retraite.

 

On peut aussi privilégier les placements dont les intérêts – très faibles - sont exonérés d’impôts, comme le livret A, le livret de développement durable et solidaire, le Compte épargne logement et le plan épargne logement.

 

Vous pouvez aussi choisir de capitaliser vos revenus. Ainsi, au lieu de toucher une plus-value, vous décidez de le placer dans un Plan épargne en actions ou dans une assurance-vie, dont les gains échappent aussi à l’impôt.

 

Enfin, pensez au transfert de revenus vers vos enfants, afin de financer leurs études, sous la forme d’une donation (éventuellement temporaire) d’usufruit. Alors, vos enfants bénéficient de l’usufruit d’un bien immobilier en location en percevant les loyers mensuels. Vous sortez ces revenus de votre base taxable et vos enfants eux, encore étudiants, restent peu fiscalisés.

 

 

 

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :