Aller au contenu principal

Les avantages et inconvénients d'un plan épargne logement

Le plan épargne logement, un outil d’épargne bloquée permettant d’accéder à des conditions avantageuses en cas de projet immobilier.

Egalement appelé PEL, il est un produit bancaire qui permet à la fois de disposer d’un apport pour financer un projet immobilier et de faciliter les conditions d’obtention d’un prêt grâce aux droits à prêt. Dans cet article, vous verrez en détails ses principaux avantages et inconvénients, ainsi que ses meilleures alternatives.

 

  1. LES AVANTAGES DU PLAN EPARGNE LOGEMENT
  2. LES INCONVENIENTS DU PEL
  3. LES ALTERNATIVES
  4. EN CAS DE DECES

 

Les avantages et inconvénients d'un plan épargne logement
 

 

Les avantages du plan épargne logement

  1. Si vous avez un projet immobilier : achat résidence principale, travaux d’amélioration, voici les différents intérêts du PEL :
    • Premièrement, Le PEL ouvre droit à une prime d’Etat pouvant atteindre 1 525€ pour un prêt épargne logement d’au moins 5 000€.
    • Deuxièmement, le PEL permet d’accéder à un prêt immobilier à un taux intéressant, calculé en fonction des intérêts perçus pendant l’épargne et de la durée de l’emprunt. Le taux d’intérêt maximum que peut fixer la banque dans le cadre d’un prêt immobilier souscrit avec un PEL à l’issue de sa phase d’épargne ne peut pas dépasser 2.20 % pour les plans ouverts depuis le 1er août 2016.
  2. Pas de Frais : Il n’existe ni frais d’ouverture ou de clôture de dossier ni frais sur les retraits ou versements. Vous pouvez donc l'ouvrir ou le clôturer à tout moment
  3. Fiscalité : pendant les 12 premières années, le PEL n’est pas soumis à l’impôt.
 

 

Les inconvénients du PEL

  1. Limité dans le temps :

    D'une durée maximum de 15 ans, si votre PEL est ouvert depuis 10 ans, au delà de cette période, vous ne pouvez plus effectuer de versements.

  2. Plafond :

    Vous ne pouvez dépasser 61 200€ de versements.

    Ce plafond ne comprend pas les intérêts capitalisés.

  3. Fiscalité :

    Même si le PEL est exonéré d’impôts, il vous faut néanmoins vous acquitter chaque année des prélèvements sociaux, à hauteur de 15,5% des intérêts générés et ce, dès la première année.

    De plus, après 12 ans et jusqu’à la clôture de votre plan logement, vous devez déclarer à l’administration fiscale les intérêts comme source de revenus, selon les règles d’imposition des intérêts.

  4. Support non Liquide :

    Le PEL ne fonctionne que si vous bloquez votre épargne pendant une période minimale de 4 ans. En effet, tout retrait avant la fin de la 4ème année entraîne la clôture du plan d’épargne. En dessous de ce laps de temps, vous n’entrez pas dans les conditions d’obtention d’un prêt immobilier.

  5. Versements :

    Les versements annuels doivent s’élever d’un montant minimum de 540 €, avec un dépôt initial de 225€.

  6. Rendement :

    Le taux de rémunération du PEL est bas, avec des intérêts qui s’élèvent à moins de 1% net du capital. Moins les cotisations sociales cela donne une rémunération de 0,85% net.

 

 

Les alternatives

Le meilleur moyen d’optimiser son épargne est de diversifier au maximum vos placements. Ainsi, pas question de tout miser uniquement sur le PEL pour faire fructifier votre capital. De plus, ayant pour but de financer une partie de votre investissement immobilier, il est intéressant de vérifier les taux actuels du marché qui sont actuellement assez compétitifs par rapport au taux négocié grâce au PEL.

 

Le placement immobilier peut prendre plusieurs formes :

  • L’investissement immobilier locatif, qui complète efficacement et rapidement vos revenus. Plusieurs dispositifs fiscaux appuient ces investissements comme la loi Pinel qui vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt pour une durée qui peut aller jusqu’à 12 ans.
  • Il existe aussi le Prêt à taux zéro qui aide l’accès au logement en permettant aux primo-accédants de souscrire à un emprunt sans intérêts et sans frais de dossier.

 

Que vous décidiez de vivre dans l’immeuble ou que vous souhaitiez le mettre en location, l’investissement immobilier offre les solutions rapides et rentables pour se constituer un patrimoine sécurisé et protéger ses proches.

 

Attention de pas confondre le CEL, Compte Epargne Logement et le PEL. Les deux servent à soutenir un projet immobilier cependant, le CEL est un support d’épargne liquide avec des retraits libres à la différence du plan logement.

 

 

 

En cas de décès

En cas de décès, si le PEL a été ouvert il y a moins de 10 ans et qu'il n'y a aucun héritier, ce dernier est par conséquent clôturé.

Si, en revanche, il y a un héritier, ce dernier peut reprendre le plan à la seule condition que les engagements du défunt en termes de montant des versements ou encore de durées soient respectées.

 

Si le PEL a été ouvert au-delà des 10 ans, le compte est clôturé.

 

Un autre cas de figure peut se poser : s'il est inactif.

Un compte est défini comme inactif à partir du moment où aucune opération n'a été réalisée durant une période de 5 ans.

L'établissement bancaire gérant le compte en question doit être tenu d'en informer chaque année le propriétaire.

 

Si vous faites partie de ce cas de figure, il peut être plus que judicieux de réaliser une opération de manière ponctuelle car, au bout de 20 ans d'inactivité ou de non-réclamation des ayants-droits, l'intégralité des fonds sera conservée par l'Etat.

 

 

 

 

AUTRES ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTÉRESSER :